Le 17 mars 2021, Alexandre Kostka, professeur d’histoire culturelle à l’université de Strasbourg, a été nommé professeur honoraire par le sénat du Karlsruher Institut für Technologie (KIT). À l’occasion d’une interview, il évoque les liens entre Karlsruhe et Strasbourg en matière d’urbanisme et le profil qu’il souhaite donner à sa chaire honoraire.

Professeur Kostka, comment est née la coopération avec le KIT ? Kostka : Cette chaire honoraire constitue une pérennisation de ma coopération avec l’Institut d’histoire de l’art et de l’architecture du KIT depuis 2017. En matière d’enseignement, nous proposons aux étudiants de Karlsruhe et de Strasbourg des cours et des excursions en commun, notamment dans le cadre du master Erasmus Mundus « Euroculture » de l’université de Strasbourg. En outre, j’étais déjà professeur invité au KIT dans le cadre du programme du DAAD durant le semestre d’hiver 2019/2020. Cette fructueuse coopération débouche aujourd’hui sur une chaire honoraire – une forme de distinction et de coopération qui, soit dit en passant, n’existe pas en France.

Quelle orientation souhaitez-vous donner à votre implication au KIT ? Kostka : Chaque semestre, je proposerai un cours au KIT sur des thèmes qui concernent principalement le « patrimoine artistique et technique » commun du Rhin supérieur. Je me concentre sur les XIXe et XXIe siècles. Je voudrais commencer par l’architecte Fritz Beblo (1872-1947), qui a eu une influence si décisive sur le paysage urbain de Strasbourg que beaucoup de gens le désignent à tort comme « architecte municipal ». À l’époque, il n’y avait pas de formation en architecture à Strasbourg – mais il y en avait à Karlsruhe. Beblo est l’un des nombreux architectes formés à Karlsruhe qui sont allés à Strasbourg. La Neustadt était encore un chantier à cette époque. À partir de 1890, cependant, on assiste à un véritable boom de la construction, avec une grande influence de Karlsruhe en matière d’urbanisme. À l’époque, Beblo était à la tête du service de la construction (Hochbauamt). Les étudiants du KIT collaboreront à la conception d’une exposition sur Fritz Beblo, qui sera présentée à la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg à l’automne 2022.

Vous envisagez donc les liens franco-allemands à la lumière de l’histoire culturelle ? Kostka : Oui. Je ne conçois pas cette chaire seulement comme un honneur, mais j’aimerais approfondir dans les années à venir cet héritage franco-allemand particulier, partagé, qui relie les deux côtés du Rhin. Il reste encore beaucoup à faire pour une meilleure compréhension et, par extension, pour une meilleure gestion de ce patrimoine partagé.