MASTER – Sciences du vivant – Biologie et génétique moléculaire

  • Université de Strasbourg
  • Master ou Bac+5
  • Sciences de la vie, Sciences de la terre et de l'univers, Sciences de la matière, Environnement > Sciences de la vie

Objectifs

Ce parcours, qui intègre à parts égales les enseignements de biologie moléculaire, de génétique et de génomique a pour but de former les étudiants à l’exploration, au niveau moléculaire, de toutes les facettes du transfert de l’information génétique, de sa régulation et de ses dysfonctionnements pathologiques. Outre la formation théorique, ce parcours se caractérise par une formation pratique et en recherche permettant l’acquisition de solides compétences dans toutes les approches permettant d’étudier les biomolécules, leurs répertoires interactionnel et fonctionnel au sein des processus qui gouvernent l’expression génique et de les intégrer à l’échelle de la cellule et de l’organisme :

  • L’ensemble des approches de génétique et de biologie moléculaire qui permettent l’analyse du génome, du transcriptome (Génomique, Séquençage de Nouvelle Génération, Phylogénie) et du protéome et son évolution et sa dynamique (interactomes).
  • ii) L’exploration de l’ensemble du répertoire dont dispose les organismes pour réguler le transfert de l’information génétique (épigénétique, RNA non codants régulateur mi/siRNA ….)
  • iii) Les approches permettant d’éditer les génomes (CRISPR/Cas9) dans le but de corriger les dysfonctionnements pathologiques de l’expression génique ou de créer des génomes synthétiques permettant la production de biomolécules d’intérêt biotechnologique thérapeutique ou méthodologique.

Les étudiants détenteurs de ce diplôme pourront s’insérer directement dans la vie professionnelle au niveau de postes d’ingénieur d’études ou équivalent dans les laboratoires de recherche publics ou dans les entreprises du secteur biotechnologique ou pharmaceutique. Une grande majorité des étudiants diplômés poursuit sa formation en intégrant une école doctorale et se peuvent, à l’issus de l’obtention de leur thèse, postuler à i) des postes d’ens eignant-chercheurs, ii) de chercheurs dans les organismes publics de recherche ou dans l’industries biotechnologique et pharmaceutique, iii) conseillers/ingénieurs en innovation industrielle et bioprocédés.

Savoir-faire et qualifications

(I) Initiation, (A) avancé, (E) expert

Macro compétence : maitriser la démarche scientifique en Biologie et Génétique Moléculaire

  • Faire le bilan de ses connaissances et les confronter aux données existantes pour contextualiser et justifier une question scientifique (E)
  • Concevoir, proposer un protocole apte à répondre à la question posée (A)
  • Observer et décrire des résultats, des objets, des faits avec un regard critique pour s’approprier une réalité (E)
  • Analyser des objets : mettre en relation des données, des faits, ect.. pour dégager et différencier des causalités et des corrélations (E)
  • Interpréter les données analysées en les intégrant dans un contexte global, et savoir proposer des perspectives (A)

Macro compétences : mener un projet en Biologie et Génétique Moléculaire

  • Manager / organiser des projets : conception, réalisation, évaluation, valorisation (A)
  • Maitrise des techniques et outils spécifiques aux champs disciplinaires (E)
  • Mener une veille technologique (E)
  • Autonomie et travail d’équipe, intelligence sociale(A)
  • Développer des réseaux et des collaborations (I)
  • Gestion du temps (A)
  • Agir de façon éthique et responsable (E)

Macro compétences : communiquer

  • Maitriser les outils de communication (E)
  • Rendre compte de façon argumentée et synthétique de ses travaux/ projets à l’écrit et à l’oral (E)
  • Adapter sa stratégie de communication à des publics variés (A)
  • Communiquer en tenant compte des différences interculturelles (A)
  • Maîtriser des langues étrangères et notamment l’anglais, etc.. (A)

Macro compétences : construire son projet professionnel et personnel

  • Autoévaluation, décision (E)
  • Engagement, persévérance, maturation, ténacité (E)
  • Respons abilité (E)
  • Confiance (en soi et aux autres) (A)
  • Adaptabilité (A)

Action séquentielle de 1, 2 et 3 qui nourrissent 4 (objectifs de la formation universitaire)
 

Poursuite d'études et carrière

Une partie assez importante des étudiants ayant suivi cette mention poursuivent en doctorat au sein d’une Ecole Doctorale.

L'offre de formation présentée dans la mention devrait permettre à tout étudiant détenteur de ce diplôme de pouvoir postuler à des emplois correspondant à ceux d'ingénieur d'études dans des organismes publics ou dans l'industrie biotechnologique, ceci directement ou après une formation complémentaire (management, communication scientifique par exemple). Cependant, une partie assez importante des étudiants ayant suivi cette mention se destinent à poursuivre en doctorat au sein d’une Ecole Doctorale. Les étudiants, à la fin de leur thèse, peuvent alors postuler à des postes dans des organismes publics (chercheurs ou enseignants-chercheurs), dans l'industrie (chefs de projets), dans des ONG ou des agences d'innovation (Alsace Biovalley par exemple) ou encore dans des cabinets conseil (consultant scientifique).

Le parcours "Enseigner les Sciences de la Vie et de la Terre – Parcours agrégation" constitue en première intention une préparation des étudiants à l’agrégation de Sciences de la Vie, Sciences de la Terre et de l’Univers (SV-STU). Les débouchés professionnels sont donc l’enseignement des SVT en collèges et lycées. Cependant, l’appartenance de ce parcours à la mention « Sciences du vivant » donne la possibilité aux étudiants de se réorienter vers d’autres métiers scientifiques comme par exemple la médiation scientifique.

Prérequis & Admission

Les étudiants postulant au M1 de cette spécialité doivent être détenteurs d’une licence en Sciences de la Vie leur ayant permis d’acquérir de bonnes connaissances en biologie et génétique moléculaire. Les étudiants postulant au M2 de cette spécialité doivent être détenteurs d'un M1en Sciences de la Vie leur ayant permis d’acquérir de bonnes connaissances en biologie et génétique moléculaire.
Modalités de recrutement en M1
Après examen des dossiers, l’acceptation en M1 se fait à la suite d’un entretien de motivation (en présentiel ou par vidéoconférence) avec des membres de l’équipe pédagogique du parcours. Cet entretien a également pour but de s’assurer que les étudiants sélectionnés seront à même de valider non seulement le M1 mais également le M2.
Modalités de recrutement en M2
Le passage en M2 nécessite d’avoir validé un M1 et d’avoir été accepté dans un laboratoire d'accueil pour les stages de M2S3 et M2S4. Pour les étudiants venant d’une autre spécialité ou d’une autre Université, l’acceptation en M2 se fait après examen des dossiers et suite à un entretien de motivation avec des membres de l’équipe pédagogique du parcours et nécessite d’avoir été accepté dans un laboratoire d'accueil pour les stages de M2S3 et M2S4.

 

Cette formation exige de solides compétences fondamentales et pratiques à la fois en biochimie, biologie moléculaire et génétique, trois champs disciplinaires que le candidat doit maîtriser parfaitement pour pouvoir accéder à cette formation. Des notes supérieures à 12/20 dans toutes les Unités d’Enseignement (UEs) se rapportant à ces thématiques et durant les 3 années de licence sont exigées. Il est nécessaire que l’étudiant ait acquis un nombre suffisant d’ECTS (12 ECTS de Biochimie et de Biologie Moléculaire ; cours magistraux/travaux dirigés/travaux pratiques) correspondant à des UEs (théoriques et pratiques) traitant des grands processus de transmission de l’information génétique (réplication, transcription et traduction) pour pouvoir suivre cette formation avec de réelles chances de succès. Les étudiants ayant une formation initiale à dominante soit agronomique/agro-alimentaire soit physiopathologique ou médicale n’ont que très peu de chance d’être retenus pour intégrer le master BGM et devraient être réorientés vers les masters relevant de ces champs thématiques qui existent, par ailleurs, dans l’offre de formation de l’Université de Strasbourg
Un certain nombre d’UEs nécessite de solides compétences rédactionnelles tant en langue française qu’en langue anglaise, il est donc nécessaire que le candidat maîtrise les 2 langues tant à l’oral qu’à l’écrit. Comme cette formation de niveau est à capacité d’accueil limitée, les candidats ayant déjà acquis un diplôme de niveau équivalent ou supérieur n’ont que très peu de chance d’être retenus.

Examen d’un dossier basé sur les résultats, les expériences, le projet et la motivation de l’étudiant. Dans certains parcours, l'admission se fait en deux étapes: La procédure d'admissibilité qui repose sur l'examen d’un dossier basé sur les résultats, les expériences, le projet et la motivation de l’étudiant puis la procédure d'admission qui repose sur un entretien présentiel ou par téléphone pour évaluer le projet et la motivation des candidats.