MASTER – Éthique – Interdisciplinary Ethics, master international trilingue FR/DE/EN – ouverture reportée à 2020/21

  • Université de Strasbourg
  • Master's degree or equivalent
  • Art, Humanities and Social Sciences > Social sciences

Objectives

Acquérir les connaissances fondamentales et approfondies en éthique fondamentale et dans les différents champs de l’éthique appliquée. Les connaissances se déclinent dans les champs respectifs des différents parcours

Know-how & Qualifications

outre les compétences générales du master éthique :

  • Comprendre et évaluer les grands enjeux éthiques, historiques et contemporains, nationaux et transnationaux, culturels et transculturels, disciplinaires et interdisciplinaires
  • Identifier les consensus et conflits de valeurs, dans leurs dimensions linguistiques et culturels
  • évaluer les défis éthiques dans la vie sociale, politique, économique, culturelle, scientifique, spirituelle ;
  • argumenter dans une autre langue que la langue maternelle.

Further studies and career opportunities

Il y a différents types d’étudiants :

  • Les étudiants en médecine commencent le master parallèlement au second cycle des études médicales, et en général, valident le M1, mais ne peuvent valider le M2 au cours de ce cycle. A l’issue des ECN, ils sont dispersés sur le territoire national. La validation du M2 au cours du troisième cycle de médecine (internat) une année-recherche. Beaucoup d’étudiants n’obtiennent ainsi que la maîtrise. Leur insertion professionnelle n’est pas un problème. Le bénéfice de la formation est celui d’une grande réflexivité sur la pratique.
  • Les autres étudiants en double cursus de formation initiale bénéficient en général de l’insertion professionnelle de leur formation première. L’obtention d’un master éthique est recherchée pour une plus-value ou une spécialisation (un juriste se destinant à la profession d’avocat spécialisé en droit des affaires ou en protection de l’animal ; un sociologue-anthropologue de l’éthique)
  • Des professionnels qui cherchent une formation complémentaire en vue de responsabilités nouvelles (ex : cadre de santé devenant directeur des soins d’un établissement public de santé ; cadre d’entreprise engagé dans la démarche qualité ou les ressources humaines). Ils sont moins disponibles et effectuent leur parcours éthique sur plusieurs années, notamment dans le cadre de la formation continue. Et parfois ils sont obligés de s’arrêter par manque de financement ou en raison des blocages professionnels ne permettant plus la poursuite des études.
  • Des étudiants, le plus souvent étrangers, qui se consacrent totalement à l’éthique, dans la perspective d’un doctorat, de la recherche, ou de responsabilités politiques, sociales, ou d’enseignement dans le pays d’origine. Ils ne bénéficient pas toujours d’une bourse d’étude d’une durée suffisante et parfois ne tiennent qu’à effectuer une année à l’étranger de manière à obtenir simplement une maitrise en éthique.

Le Master Ethique ne débouche pas sur un métier : il n’y a pas « d’éthicien » en France. La formation s’appuie sur le cursus antérieur des étudiants en formation initiale pour en viser l’approfondissement des questions éthiques et sur la formation continue de professionnels en quête d’outils méthodologiques et de références pour construire, dans leurs métiers, ces questionnements et évoluer professionnellement
Dans de nombreuses filières professionnelles (métiers de la santé et du champ médico-social, cadres d’entreprise, métiers de l’économie, de la gestion, de la finance, de la communication, du droit, etc.) une compétence en éthique est recherchée et offre au diplômé des opportunités d’évolution de carrière à partir du métier socle, notamment pour ce qui concerne la démarche qualité (normes Iso 9000 et au-delà), la responsabilité sociale des entreprises, les ressources humaines, la gouvernance responsable.
Ces compétences en analyse éthique sont également recherchées dans les associations (buts social, humanitaire, développement écologique) et les institutions (participation aux comités d’éthique ou aux instances déontologiques). Elles sont un atout indéniable dans l’ensemble des métiers qui ont affaire à la condition animale, à l’élevage à la recherche biomédicale.
Poursuite en doctorat en éthique (et plus tard HDR), possible à Strasbourg
 

Prerequisite & admission

Parcours Parcours « Ethique, société, droits de l’homme », « Bioéthique, éthique du vivant, éthique clinique » et « Interdisciplinary Ethics »
L’entrée en master Ethique se fait par le biais d’une sélection sur dossier, à l’appréciation de l’équipe de formation qui se réunit en commission pour l’étude des dossiers des candidats. Etapes pour candidater au master éthique :- Effectuer une pré-candidature en ligne entre début avril et la mi-juin en vue de la rentrée de septembre sur la plateforme eCandidat - Éléments obligatoires à joindre au dossier de candidature : Un curriculum vitae détaillé ; Une lettre de motivation explicitant ce qui est recherché à travers ces études; Un début de projet de recherche orienté en éthique (3 à 5 pages) où le/la candidat explique sur quel(s) thème(s) il/elle aimerait travailler et approfondir ses recherches; copies du ou des diplôme(s) obtenus et/ou les relevés de notes pour chaque année universitaire (en ce qui concerne les études ou diplômes étrangers, joindre également les traductions légalisées); Élément facultatif : Un exemplaire du mémoire s’il y en a un (pour les mémoires en langues étrangères : fournir un résumé en langue française de 20 pages maximum).
Parcours « Gérontologie, vieillissement, éthique et pratiques professionnelles »
Examen d'un dossier comprenant : le CV/ les attestations des diplômes obtenus avec les relevés de notes / une lettre de motivation dactylographiée / attestation du niveau de langue française pour tout candidat non francophone) + Entretien