MASTER – Sciences du vivant – Biologie structurale intégrative et bio-informatique

  • Université de Strasbourg
  • Master's degree or equivalent
  • Natural Sciences, Earth Sciences & Environmental Studies > Life sciences

Objectives

Ce parcours à vocation à développer deux aspects de la biologie structurale intégrative :

  • la compréhension des fonctions à partir des données structurales, de l'échelle atomique de la vision cellulaire.
  • La "biologie in silico" (analyse, l'exploitation et valorisation des données biologique, "Big data" pour les problèmes biologiques, modélisation moléculaire et simulations des systèmes biologiques)
Il s'agira d'acquérir une maîtrise ou une expertise de plusieurs outils et méthodes biochimiques, biophysiques, mathématiques et informatiques nécessaires à l'étude du vivant. L'axe conducteur au coeur de la formation est la nécessité d'intégrer le "regard 3D" dans l'étude des processus biologiques fondamentaux et appliqués.
 

Know-how & Qualifications

En complément et en synergie avec les compétences génériques de la mention, ce parcours permet à un étudiant de développer et de construire par le choix de modules appropriés, l'une des quatre compétences suivantes :

  • bio-structure : expertise des méthodes et des techniques de la biologie structurale et de l'analyse fonctionnelle des structures 3D,
  • bio-analyse : expertise des méthodes et des outils de la "biologie in silico",
  • bio-modélisation : expertise en modélisation des systèmes biologiques,
  • génie bio-informatique : développements et gestions d'outils et de bases de données spécifiques pour la biologie.
Apres un socle de connaissances commun en M1 (compréhension des mécanismes généraux du vivant, connaissance de la physico-chimie des molécules du vivant, formation scientifique appropriée en mathématiques et statistiques, maitrise de l'outil informatique), la spécifité des compétences (compétences profil/métier) à acquérir se fait par le choix de modules optionnels, plus particulèrement en fin de M1 et en M2.

Further studies and career opportunities

Ce parcours a vocation à former :

  • des "techniciens" de haut niveau (sortie niveau BAC +5, directement à la fin du master),
  • des futurs chercheurs (sortie niveau BAC +8 après un doctorat)
Les étudiants de cette formation seront capables de s'insérer dans un processus de biologie structurale intégrative ou de "bio-informatique moderne" (biologie des systèmes, "omics"..) dans le domaine de la recherche publique et dans le monde industriel. Quelques statistiques sur nos dernieres promotion :
  • Bac+5 : 60 à 70% des effectifs intègrent le marché du travail à la sortie du master au bout de 6 à 12 mois, pour moitié dans le privé et pour moitié dans le domaine public. Les étudiants sont recrutés en tant que ingénieur d'étude bio-informaticien ou gestionnaire de données ou encore comme technicien de laboratoire (biologie structurale, biotechnologie, ...).
  • Bac+8 : 30 à 40% des étudiants ont pu obtenir un financement pour s’inscrire dans une école doctorale et préparer un doctorat.

L'offre de formation présentée dans la mention devrait permettre à tout étudiant détenteur de ce diplôme de pouvoir postuler à des emplois correspondant à ceux d'ingénieur d'études dans des organismes publics ou dans l'industrie biotechnologique, ceci directement ou après une formation complémentaire (management, communication scientifique par exemple). Cependant, une partie assez importante des étudiants ayant suivi cette mention se destinent à poursuivre en doctorat au sein d’une Ecole Doctorale. Les étudiants, à la fin de leur thèse, peuvent alors postuler à des postes dans des organismes publics (chercheurs ou enseignants-chercheurs), dans l'industrie (chefs de projets), dans des ONG ou des agences d'innovation (Alsace Biovalley par exemple) ou encore dans des cabinets conseil (consultant scientifique).

Le parcours "Enseigner les Sciences de la Vie et de la Terre – Parcours agrégation" constitue en première intention une préparation des étudiants à l’agrégation de Sciences de la Vie, Sciences de la Terre et de l’Univers (SV-STU). Les débouchés professionnels sont donc l’enseignement des SVT en collèges et lycées. Cependant, l’appartenance de ce parcours à la mention « Sciences du vivant » donne la possibilité aux étudiants de se réorienter vers d’autres métiers scientifiques comme par exemple la médiation scientifique.

Prerequisite & admission

Admission en M1
Ce parcours à l'interface biologie/chimie/mathématiques/informatique est exigeant et suppose donc l'acquisition et la validation d'une licence en sciences avec des résultats de bon niveau. Les dossiers d’étudiants motivés, non titulaires d’une licence sciences de la vie, mais souhaitant s’orienter vers les problématiques de recherche associées au master, peuvent déposer un dossier. Des compléments de formation seront cependant demandés en Master.
Examen sur dossier et entretiens si nécessaire.
Admission en M2
Apres validation d'un M1 avec des résultats universitaires de tres bon niveau, les dossiers de candidats ayant acquis des connaissances solide dans les techniques de la biologie structurale intégrative (Diffraction et diffusion des RX, RMN, Cryo-microscopie), en bioinformatique et génomique structurale peuvent être examinés.

Admission en M1
Cette spécialité compétitive et exigente, à capacité d'accueil limitée, aux interfaces de plusieurs champs disciplinaires, a vocation à accueillir des étudiants très motivés et ayant montré une grande capacité de travail.Cela doit se traduire dans les résultats universitaires obtenus en Licence par les postulants. La position de cette spécialité aux interfaces de plusieurs disciplines "traditionnelles" peut permettre d'accueillir d'excellents candidats ayant validé un parcours en sciences "généralistes" et souhaitant s'orienter vers les sciences du vivant.
Un premier examen du dossier de candidature vérifiera l'acquisition des enseignements fondamentaux en biologie et biophysico-chimie des macromolécules biologiques et une capacité de s'intégrer dans un processus aux interfaces biologie/chimie/physique/informatique. La position de ce parcours aux interfaces de plusieurs disciplines "traditionnelles" peut permettre d'accueillir d'excellents candidats ayant validé un parcours en sciences "généralistes" et souhaitant s'orienter vers les sciences du vivant.

Admission en M2
Le travail du M2 est en continuité et s'appuie sur les compétences et connaissances acquises en M1. Une entrée directe en M2 est relativement rare. Les candidats en M2 doivent avoir obtenu avec aisance les pré-requis obligatoires. Il ne faut envisager une entrée en M2 que pour des candidats ayant obtenu de tres bons résultats universitaires (en complément des prérequis indiqués).

 

Selon les modalités prévues par la faculté des sciences de la vie.