La professeure de biologie de l’Université de Fribourg-en-Brisgau Barbara Di Ventura travaille conjointement avec un collègue de l’Université de Strasbourg sur un projet de recherche actuellement financé par Seed Money, un instrument de financement créé par les universités d’Eucor – Le Campus européen. L’équipe de recherche développe des fragments d’anticorps (nanobodies) photosensibles et étudie par leur intermédiaire une protéine présente dans les cellules vivantes. À long terme, cette recherche doit permettre de mieux comprendre le rôle de cette protéine dans la réparation de l’ADN et ouvrir ainsi de nouvelles perspectives dans le traitement des cancers. Sarah Nieber a demandé à Barbara Di Ventura comment le financement Seed Money soutenait son équipe.

Madame Di Ventura, pour quelle raison avez-vous déposé une demande de financement Seed Money l’année dernière ?
Barbara Di Ventura : Je venais d’être nommée à Fribourg-en-Brisgau lorsque mon collègue de Strasbourg Étienne Weiss m’a contactée. C’est un expert dans le développement des anticorps et il travaille entre autres dans le domaine de la technologie des nanobodies. Les nanobodies sont les plus petits fragments d’anticorps que nous pouvons introduire dans le noyau des cellules et qui peuvent se combiner avec les protéines. Le laboratoire d’Étienne Weiss développe de nouveaux nanobodies, qui peuvent se lier à la protéine spécifique « gamma-H2AX ». Nous, à Fribourg-en-Brisgau, nous pouvons modifier les protéines de sorte qu’elles deviennent photosensibles. Cela nous permet d’étudier, à l’aide de la lumière, les processus qui se déroulent au sein des cellules. C’est ce que l’on appelle l’optogénétique. Nos spécialisations se complètent donc : il développe le matériau d’essai, nous le rendons photosensible et l’étudions ensuite dans notre laboratoire. Il a été rapidement évident que nous désirions travailler ensemble et que le dispositif Seed Money pouvait nous y aider.

Comment utilisez-vous les fonds attribués ?
Dans nos laboratoires, nous travaillons avec des cellules vivantes, que nous cultivons nous-mêmes, et des constructions d’ADN, que nous devons cloner. Nous avons pour cela besoin d’enzymes, de réactifs spécifiques, de pipettes, de boîtes de Pétri, de tubes à essai et de bien d’autres choses encore. Ces matériels de laboratoire coûtent malheureusement très chers – nous utilisons une grande partie des fonds alloués pour acheter ces matériels. Nous nous rencontrons également régulièrement à Fribourg-en-Brisgau ou à Strasbourg et avons donc un budget pour financer les frais de déplacement.

Comment se poursuivra votre projet après obtention des fonds Seed Money ?
Ce projet nous permettra de vérifier l’hypothèse que nous ne pourrons extraire que des nanobodies libres du noyau de la cellule à l’aide de l’optogénétique. Si nous trouvons ensuite encore des nanobodies dans le noyau de la cellule, nous saurons qu’ils se sont liés à la protéine gamma-H2AX. Nous aurons ainsi trouvé une possibilité de rendre la protéine mieux visible. Ce qui permettrait d’ouvrir de nouvelles voies à la recherche sur le cancer. Nous aurions alors de bonnes bases pour demander conjointement des financements externes et développer nos recherches.

Plus d’informations sur le projet « Using optogenetics to visualize histone H2AX phosphorylation in living cells with high precision »

__

Deuxième série de financements Seed Money : les enseignant-e-s et les chercheur-e-s des universités membres d’Eucor – Le Campus européen peuvent poser leur candidature jusqu’au 1er octobre 2018. Condition : au moins deux universités, de deux pays différents, doivent participer au projet. L’objectif est de fournir un financement initial à de nouveaux projets contribuant au développement d’Eucor – Le Campus européen et à son réseau scientifique. Les demandes peuvent être déposées aussi bien dans le cadre de l’axe de financement « Formation » que dans le cadre de l’axe de financement « Recherche et innovation ». Le fonds Seed Money dispose d’un montant total de 300 000 euros. Les projets peuvent être financés à hauteur de 60 000 euros maximum, sur une durée maximale de 18 mois.

Candidature en ligne