Pouvoir étudier, mener des recherches et enseigner au niveau transfrontalier, telle est la vision qu’incarne le groupement universitaire Eucor – Le Campus européen. À l’occasion d’une visite de deux jours dans la région transfrontalière de Strasbourg-Kehl, Winfried Kretschmann, ministre-président du Bade-Wurtemberg, ainsi que des membres de son gouvernement et des élus du parlement du land ont rencontré le 31 mars des représentantes et représentants du groupement Eucor – Le Campus européen à l’Université de Strasbourg. Outre les rectrices et présidents des cinq universités membres d’Eucor, des hauts représentants français de la région Grand Est, de l’Eurométropole et de l’académie de Strasbourg ont également participé aux échanges consacrés au développement d’Eucor.

Avec la création de quatre chaires transfrontalière, Eucor – Le Campus européen mène à bien un projet pionnier au niveau européen

Staatsministerium Baden-Württemberg/Jana Höffner
« Le groupement universitaire Eucor réunit cinq excellentes universités de trois pays différents. Ensemble, dans la région du Rhin supérieur, nous menons des recherches sur des problématiques importantes pour l’avenir : dans le domaine de la médecine personnalisée, de la technologie quantique, du développement durable et des identités européennes – sur des sujets si essentiels que nous ne pouvons trouver les meilleures solutions qu’ensemble », a déclaré le ministre-président Winfried Kretschmann. « Avec Eucor, nous pouvons affirmer notre position de leader dans l’espace européen de la recherche et de la formation. Et renforcer la capacité d’innovation, la compétitivité et la prospérité ici, dans la région frontalière. Eucor est ainsi un exemple tangible d’intégration européenne. Pour une Europe qui n’est pas seulement un espace scientifique et économique, mais aussi et surtout une communauté de valeurs. Portée par la liberté, la démocratie et l’État de droit. Et un projet de paix historiquement unique. Nous nous en rappelons tout particulièrement ces jours-ci. »

« (…) Après 30 ans de coopération académique réussie, je suis convaincu qu’Eucor a fait la démonstration de l’intérêt de développer les synergies entre les établissements à l’échelle d’un territoire transfrontalier dans un cadre européen. L’espace du Rhin supérieur constitue un véritable bassin dans lequel identités, cultures, économies, mobilités dépassent les frontières. (…)“s’est exprimé Jean Rottner, président de la région Grand Est.

Au cœur de cette rencontre se trouvait le projet de mettre en place quatre chaires binationales lancé par les universités membres d’Eucor – Le Campus européen. Le coup d’envoi de ce projet a été donné par la création d’une chaire binationale au Karlsruher Institut für Technologie (KIT) et à l’Université de Strasbourg dans le domaine d’avenir de l’informatique quantique. La première titulaire de cette chaire est la professeure Anja Metelmann, qui effectuait ses recherches auparavant à Berlin. Depuis février 2022, elle mène ses recherches et enseigne au KIT dans le cadre de l’axe stratégique d’Eucor en Sciences et technologies quantiques, mais enseignera et dirigera prochainement une unité de recherche en parallèle à l’Université de Strasbourg. La dimension transfrontalière de cette chaire, projet-pilote du groupement universitaire du Rhin supérieur, est unique en son genre et sous cette forme en Europe. Une deuxième chaire binationale sera créée par le KIT et l’Université de Haute-Alsace (UHA) avec pour intitulé Digital Process Engineering for Sustainable Materials and Energy.

Staatsministerium Baden-Württemberg/Jana Höffner
Grâce à cette chaire transfrontalière, le KIT étendra son offre de formation à partir du deuxième semestre de l’année universitaire 2022/23. L’Université de Fribourg-en-Brisgau conjuguera pour sa part ses compétences avec celles des universités de Strasbourg et de Bâle dans le domaine des identités européennes, un autre axe stratégique d’Eucor. Avec la création prochaine d’une chaire transfrontalière en lettres anglaises et d’une autre en droit, le Rhin supérieur comptera alors quatre chaires transfrontalières.

« Avec les quatre chaires transfrontalières prochainement créées, Eucor est parfaitement positionné pour faire progresser la recherche en commun sur des thèmes socialement importants de notre époque », a déclaré la ministre des Sciences Theresia Bauer.


Un pôle de formation et de recherche de premier plan dans le Rhin supérieur

Du côté français, le président de la région Grand Est ainsi que la rectrice déléguée de l’académie de Strasbourg ont participé à l’échange politique portant sur Eucor – Le Campus européen. Côté allemand, le ministre-président était accompagné d’une délégation de hauts représentants politiques du land de Bade-Wurtemberg, dont la ministre des Sciences, le ministre de l’Intérieur, la ministre de l’Environnement, la ministre de la Justice et la ministre du Développement régional et du Logement.

« Le soutien du land de Bade-Wurtemberg à notre groupement trinational revêt une importance cruciale. J’adresse tout particulièrement mes remerciements au ministre-président Kretschmann, qui, à la suite de la rupture des négociations visant à un accord-cadre entre l’UE et la Suisse, continue de s’engager personnellement pour que les relations ne se dégradent pas et pour que Berne et Bruxelles parviennent, dans l’intérêt de la science, à un accord. Vielen Dank et merci ! », a déclaré la professeure Andrea Schenker-Wicki, présidente d’Eucor et rectrice de l’Université de Bâle.

La mise en place des chaires binationales n’aurait pas été possible sans l’appui du land de Bade-Wurtemberg. C’est en effet grâce au soutien financier du ministère des Sciences, de la Recherche et des Arts que l’Université de Fribourg-en-Brisgau et le KIT sont en mesure de créer en tout quatre chaires transfrontalières en coopération avec les universités partenaires en France et en Suisse.

Le professeur Holger Hanselka, président du Karlsruher Instituts für Technologie a ajouté : « Il y a trois ans, nous adoptions un plan stratégique commun pour la période 2019-2023, dans lequel nous définissions nos axes stratégiques. Aujourd’hui, nous sommes très fiers d’avoir pu mettre en place dans le Rhin supérieur un pôle transfrontalier de formation et de recherche grâce au programme doctoral QUSTEC (sciences et technologies quantiques) et à la nouvelle chaire binationale en informatique quantique ».