© Julien Masson

Les études sur l’islam et les mondes musulmans connaissent en Europe des dynamiques académiques contrastées selon les pays et les traditions nationales. À cet égard, la manière dont s’articulent les études sur l’islam et les études turques – deux champs disciplinaires à la fois autonomes et connectés – témoigne de dissimilitudes intéressantes. Bien représentés dans le Rhin supérieur au sein des universités Eucor – notamment à Strasbourg et à Freiburg –, ces deux domaines savants révèlent des modalités de fonctionnement divergentes entre l’Allemagne et la France, avec le cas particulier de l’Alsace-Moselle. Tandis que l’Islamwissenschaft en Allemagne est souvent interdisciplinaire et côtoie la turcologie au même titre que les études persanes ou arabes, en France, l’islamologie est une discipline presque exclusivement connectée aux études sur le monde arabe cependant que les études turques sont fortement marquées par un prisme séculariste. De même, si la théologie islamique a été officiellement intégrée comme une discipline à part entière dans les universités allemandes, en France, la place de la théologie – en particulier islamique – comme discipline universitaire fait encore largement débat. Le projet DIslaTurk est novateur pour l’histoire des sciences en ce qu’il propose d’analyser comment les études islamiques et turques, deux champs académiques nés des orientalismes savants du XIXe siècle, se sont formées et développées en France et en Allemagne. Porté par l’université de Freiburg, le projet est mis en œuvre en coopération avec l’université de Strasbourg. Eucor – Le Campus européen le soutient dans la catégorie « Recherche et innovation » du dispositif Seed Money.

Contact :