Carte des universités EUCOR

 
 

Université de Bâle

Uni Basel, Kollegiengebäude, Mai 2013, par Christian FlierlChristian Flierl © Uni Basel

L’université de Bâle est la plus ancienne de Suisse. Fondée en 1460, elle s’appuie sur plus de 550 ans d’histoire. Dotée d’une offre de formation complète, à la fois large et de qualité, elle attire des étudiants de Suisse et du monde entier et leur offre d’excellentes conditions d’études, tant au niveau licence qu’au niveau master ou doctorat. Elle compte aujourd’hui environ 13 000 étudiants originaires de plus de 100 pays, dont 2 700 doctorants.

Au sein de ses sept facultés, l’Université de Bâle cultive un large éventail de disciplines scientifiques. À l’international, elle se positionne sur cinq axes stratégiques que sont les sciences naturelles, les sciences de l’image, les sciences des nanomatériaux, la recherche dans le domaine de l’énergie et du développement durable ainsi que les études européennes dans le contexte de la mondialisation (European and Global Studies). Grâce à ses résultats dans la recherche, l’Université de Bâle figure régulièrement parmi les 100 meilleures universités du monde dans les classements internationaux.

 
 

Université Albert Ludwig de Fribourg-en-Brisgau

Campus Freiburg© Sandra Meyndt

Fondée en 1457, l’université Albert Ludwig de Fribourg-en-Brisgau jouit d’une excellente réputation, tant en matière d’enseignement que de recherche et de formation continue. 23 prix Nobel y ont mené leurs recherches, enseigné et étudié. Aujourd’hui, l’université est caractérisée par un mélange de disciplines traditionnelles et de technologie moderne. 170 millions d’euros de financements tiers viennent alimenter annuellement les efforts de ses chercheurs. Son offre de formation complète s’étend des technologies de l’information aux sciences humaines et sociales en passant par les sciences naturelles et la médecine. Quelque 25 000 étudiants y sont inscrits. En dépassant les frontières entre les disciplines, l’’université de Fribourg-en-Brisgau ouvre de nouvelles perspectives. Dans les établissements tels que les écoles doctorales ou encore son University College Freiburg, de même que dans le cadre des projets dans les champs de recherche spéciaux, la recherche interdisciplinaire, l’enseignement axé sur la résolution de problèmes et la formation continue en accompagnement de la carrière se trouvent au premier plan. Grâce à sa réputation internationale, elle peut séduire d’excellents scientifiques issus du monde entier. 16 % de ses étudiants viennent également de l’étranger. Avec plus de 500 universités et programmes partenaires ainsi que son association d’anciens étudiants, elle dispose d’un réseau international de premier ordre.

 
 

Université de Haute-Alsace

Université de Haute-Alsace, institut de recherche en chimieG. Jactat © UHA

L’université de Haute-Alsace compte 8 500 étudiants, inscrits dans 170 formations du niveau DUT, licence, diplôme d’ingénieur, master, jusqu’au doctorat, dispensées au sein de 4 facultés, 2 IUT et 2 écoles d’ingénieurs à Mulhouse et à Colmar. Elle compte également 14 laboratoires de recherche qui font de la recherche fondamentale et de la recherche appliquée. Université pluridisciplinaire très innovante, elle est reconnue pour la qualité de ses filières professionnalisantes (dont plus de 35 formations en apprentissage) et transfrontalières (avec plus de 10 filières bi ou trinationales). Elle contribue au développement du territoire grâce à la force de sa recherche partenariale menée en lien avec les entreprises.

Impliquée dans l’écosystème numérique de l’agglomération, l’Université de Haute-Alsace s’engage résolument dans la transformation de ses pratiques pédagogiques, utilisant le levier du Numérique mais aussi le développement de compétences transfrontalières afin de se trouver en adéquation avec les besoins du territoire et des évolutions sociétales.

 
 

Karlsruher Institut für Technologie (KIT)

KIT, Neues PräsidiumgebäudeAndrea Fabry © KIT

Le Karlsruher Institut für Technologie (KIT) se positionne comme « l’université tournée vers la recherche au sein de l’association Helmholtz (Helmholtz-Gemeinschaft) ». Il crée et transmet des connaissances autour de la société et de l’environnement et se targue de livrer des résultats exceptionnels de la recherche fondamentale à la recherche appliquée dans les sciences naturelles, l’ingénierie, l’économie ainsi que les sciences humaines et sociales. Il apporte une contribution significative aux défis mondiaux de la société dans les domaines de l’énergie, de la mobilité et de l’information. Ses missions centrales sont la recherche, l’enseignement et l’innovation.

Avec quelque 9 200 employés et 26 000 étudiants, le KIT est fait partie des plus grandes institutions scientifiques en Europe. Au moyen de ses cursus orientés vers la recherche, il prépare ses étudiants à des missions à responsabilité dans la société, l’économie et la science. Au travers de son activité d’innovation, il fait le lien entre connaissance et application au profit de la société, de la prospérité économique et de la préservation de nos ressources naturelles.

 
 

Université de Strasbourg

Palais universitaire, université de StrasbourgCatherine Schröder © Unistra

Marquée par une histoire allant de l’humanisme rhénan du XVIe siècle au campus européen du XXIe siècle, l’université de Strasbourg est une université labellisée université d’excellence par le dispositif Idex dont les valeurs, le palmarès prestigieux et les personnalités illustres contribuent à faire avancer la recherche et sa valorisation en trouvant des solutions originales pour résoudre des problèmes complexes tout en alimentant une offre de formation pluridisciplinaire innovante. Bénéficiant d’une localisation privilégiée et d’un patrimoine exceptionnel, elle accueille au quotidien une communauté cosmopolite dans un écosystème culturel et scientifique créatif. L’Université de Strasbourg, c’est plus de 50 800 étudiants accueillis chaque année dont 20 % d’étudiants étrangers, 5 300 enseignants-chercheurs et personnels, 35 unités de formation et recherche et 78 unités de recherche. En développant des synergies avec les organismes de recherche, les collectivités et le tissu socio-économique, elle développe avec ses partenaires les relations qui lui permettent d’élaborer, de cultiver et de transmettre les savoirs, de les partager et de rester en lien avec la société.